Le Cloud ?

Effet de mode ou rupture technologique ?

 

LE CLOUD,  C’EST QUOI?

Comme définition simple, ça donne à peu près ceci! Le Cloud Computing c’est la mise à disposition de systèmes, d’applications ou de données hébergées dans un Data-Centre hautement sécurisé et les rendre accessibles de partout via Internet. C’est également la possibilité de consommer des services informatiques à la demande à travers Internet sans avoir à se soucier de problèmes d’infrastructure, de maintenance, de mise à jour et de sécurité.

Pour les férus d’explications techniques rien de mieux que Wiki, tout y est : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cloud_computing

SES AVANTAGES?

Le Cloud c’est le Grid Computing qui rencontre la virtualisaton à l’ère de l’Internet. Même s’il n’est pas possible de comparer cette rupture technologique à une véritable révolution, comme l’a été l’avènement du Web, le Cloud va néamoins transformer en profondeur l’industrie du logiciel informatique.

Quoi de mieux que l’utilisation d’internet, pour faire fonctionner ses applications quotidiennes. Mieux vaut avoir sa suite collaborative, son CRM ou sa facturation hébergées et disponibles immédiatement, que les licences client-serveurs et leur lot de tracas des mises à jour, de bugs, de plantages etc. Et pourquoi avoir un serveur de messagerie local dont la maintenance est lourde et dont on ne peut garantir la sécurité ni celle des informations qu’il contient d’ailleurs, lorsqu’on peut utiliser Google Apps pour l’entreprise pour ses communications? Pas de maintenance, sécurisation extrême, disponibilité partout et sur tous les équipements.

Les avantages financiers tellement concrets et quantifiables qu’offre le Cloud aux entreprises, rend celui ci simplement incontournable.

D’abord les avantages économiques.

Quel dirigeant d’entreprise ou directeur financier n’a pas rêvé d’utiliser son cash pour développer son entreprise au lieu de l’immobiliser dans des investissements informatiques qui deviennent obsolètes très vite? S’affranchir de l’immobilisation comptable de ses plateformes informatiques, ne plus être dépendant des fournisseurs qui imposent l’obligation de la mise à jour…payante et très souvent instable. S’affranchir de ce fichu middleware pour faire fonctionner ses applications et réduire le nombre de ces mêmes fournisseurs en utilisant une seule source, sont des avantages décisifs qu’apporte le Cloud à l’entreprise .

Et quel dirigeant de PME qui, pour sa croissance, nécessite des outils informatiques performants, mais faute de moyens, se retrouve coincé avec de vieux PC et des logiciels de bricolage, lorsqu’ils ne sont pas carrément piratés. Le Cloud lui permet d’utiliser les logiciels nécessaires sans qu’il ne soit obligé de recourir à des copies illégales et il lui permet également d’accéder à une puissance informatique réelle sans être obligé d’avoir un département informatique dédié.

Ensuite la qualité de service.

Le volume des données explose, les développements sont éparpillés, en plus il devient de plus en plus difficile d’adapter les ressources informatiques à la complexité grandissante des infrastructures et au nombre des applications. Face à des applications mondialisées, les notions de performance et de fiabilité sont devenues centrales.

Les fournisseurs de SaaS disposent d’un environnement informatique ultra performant – où la virtualisation en est le maître mot – logé dans des Data-Centre hautement sécurisés. Le déploiement d’une application en mode SaaS est quasi instantané. Les mises à jour se font automatiquement à partir de modèles pré-configurés et mutualisés. Fini les adaptations de paramétrages sans fin. Exit l’application maison qui plante et fait perdre des heures de saisie. Zero bug, zero mise à jour, zero maintenance!

Aujourd’hui, les grandes entreprises sont souvent connectées via des lignes louées qui ne tombent quasiment jamais en panne et sont ainsi automatiquement connectées sur le même réseau central utilisé par le fournisseur Cloud.

Et pour les PME, quand bien même Internet fait défaut, les grands éditeurs SaaS comme Google ou Microsoft ont depuis longtemps travaillé sur des optimisations de codes limitant au maximum la consommation de bande passante et le temps processeur. En plus, si les applications sont hébergées, les fichiers restent au sein du réseau local ou sur la machine de l’utilisateur. Aucun risque,  si la connexion internet est down, on continue à fonctionner et dès que celle-ci est up de nouveau, tout se synchronise automatiquement.

Enfin, la sécurité  et la confidentialité

Les infrastructures Cloud sont en place sur des sites sécurisés et les  fournisseurs et hébergeurs de solutions Cloud ont des Data-Centre répondant aux plus hautes exigences en matière de sécurité et de disponibilité. Tout y est redondant et virtualisé, du serveur d’application au serveur de stockage. Et puisque tout est y est mutualisé, si un serveur physique tombe en panne, le Cloud continue de fonctionner et l’application ne s’arrête pas.

Garantir la confidentialité et l’intégrité des données reste essentiel. Face aux besoins d’échanges permanents, à la multiplicité des acteurs et aux intentions malveillantes de la cybercriminalité, les éditeurs se sont armés pour combler les brèches de sécurité. La mise en œuvre de processus d’identification, d’outils anti-intrusion et de réalisation d’audits font que contrairement à ce que beaucoup pensent, les données sont nettement plus en sécurité dans le Cloud que sur des serveurs d’entreprises. Une information distribuée sur des milliers de serveurs eux mêmes virtualisés et certainement plus difficile à intercepter qu’une information résidente dans un serveur ou un pool de serveurs de l’entreprise. On peut copier un page, c’est nettement plus difficile de reconstituer une page qui est sous forme de bouts de papiers passés par la déchiquetteuse. L’information dans le Cloud ressemble à ça!

Home Le Cloud